mercredi 29 juin : 2 FLACONS ACHETÉS = 1 OFFERT !

Le CBD réduit avec succès une tumeur cérébrale


Ce sont les résultats d'un modèle expérimental sur des souris. Après avoir inhalé la substance pendant sept jours, la croissance du cancer chez les animaux a été stoppée.

Les propriétés médicinales potentielles du cannabis et de ses constituants font l'objet d'études depuis des décennies. Le cannabis contient environ 150 composants actifs, appelés cannabinoïdes.

Une étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l'université d'Augusta, en Géorgie (États-Unis), a montré que le cannabidiol (CBD), l'un des principes actifs de la marijuana, était capable de réduire une tumeur cérébrale très agressive et résistante aux médicaments.

L'analyse a été effectuée sur des souris dans un modèle expérimental de laboratoire. Après avoir inhalé le CBD, les animaux ont commencé à produire moins de substances qui favorisent la croissance des glioblastomes.


Les deux plus étudiés sont le tétrahydrocannabinol (THC, responsable des effets euphoriques associés au cannabis) et le cannabidiol (CBD). Ces deux composés ont des propriétés pharmacologiques différentes et ont montré leur efficacité lors d'essais cliniques, soit seuls, soit en combinaison l'un avec l'autre.

Les chercheurs ont appliqué à des souris en laboratoire un traitement comportant des doses quotidiennes de cannabidiol inhalé pendant 7 jours.
Pour simuler le cancer du cerveau chez la souris, les chercheurs de l'université d'Augusta ont utilisé des cellules de glioblastome humain modifiées (adaptées à l'animal), créant ainsi un glioblastome dit "orthotopique", le modèle le plus réaliste possible de la tumeur, produit artificiellement en dehors du corps humain.



Après huit jours, la maladie était déjà active et agressive dans le cerveau des animaux. Le neuvième jour, l'équipe de recherche a commencé le traitement avec des doses quotidiennes de cannabidiol inhalé, tandis que certains animaux ont reçu un placebo, afin de surveiller les travaux. L'expérience a duré sept jours et l'étude a été publiée dans la revue Cannabis and Cannabinoid Research.

Les scientifiques ont observé une diminution significative de la taille des tumeurs lors de tests d'imagerie sur des souris ayant inhalé du cannabidiol, ce qui n'a pas été observé chez les animaux ayant ingéré un placebo.

"Nous avons constaté une réduction significative de la taille de la tumeur et aussi du microenvironnement tumoral établi par les cellules cancéreuses, qui comprend des vaisseaux sanguins et divers facteurs de croissance qui provoquent sa propagation", a expliqué Babak Baban, immunologiste à l'université d'Augusta et l'un des auteurs de l'étude.

Le traitement actuel du cancer du cerveau de type glioblastome est la chirurgie suivie d'une chimiothérapie et d'une radiothérapie. Cependant, les résultats sont souvent insatisfaisants, car ce type de tumeur est résistant aux médicaments.

Après avoir inhalé le composé de cannabidiol, les souris ont commencé à produire moins de substances favorisant la croissance du glioblastome.

L'idée des scientifiques américains est de pouvoir utiliser le cannabidiol, si ses effets bénéfiques sont prouvés par d'autres études, parallèlement au traitement déjà utilisé chez les personnes diagnostiquées avec un glioblastome.

Comme l'a indiqué l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le rapport d'examen critique sur le cannabidiol, "le cannabidiol (CBD) est l'un des cannabinoïdes naturels présents dans les plantes de cannabis. Chez l'homme, le CBD n'a aucun effet indiquant un potentiel d'abus ou de dépendance et s'est révélé être un traitement efficace de l'épilepsie dans plusieurs essais cliniques, dans des essais de phase III achevés et en cours d'examen pour approbation aux États-Unis. Il existe également des preuves préliminaires que la CBD peut être un traitement utile pour un certain nombre d'autres conditions médicales".

Bien que l'approche définie par les chercheurs de l'université de Géorgie soit facilement applicable à l'homme, pour l'instant, ils s'intéressent principalement à la réponse biologique de la tumeur au cannabidiol, a déclaré Martin Rutkowski, un neurochirurgien participant à la recherche.

"Nous avons désespérément besoin de recherche et de davantage de traitements. Les ressources actuelles pour traiter la maladie ne fonctionnent pas très bien", a déclaré le neurochirurgien, co-auteur de l'étude.